Micronouvelle N°_M03-20160823

Jamais plus

On s’est parlé plus tôt cette semaine. On a fixé ce rendez-vous intime. Je n’aurais pas pensé devoir l’attendre aussi longtemps, cela dit ça ne fait que 5 minutes et je suis en avance.

 

Je suis anxieux, je vais la rencontrer. Ma bouche est pâteuse et collante. Oui, comme le matin en fait. Ma peau est grasse et rouge flamboyant, reflet de la dose de stress que je m’inflige pour cette première rencontre. Pourtant on est là pour passer un bon moment.

Je sue aussi un peu du dos sur cette chaise grise chinée. Je prépare mes mots, mais tout devient flou. Tel un Sisyphe contemporain, je tourne en rond dans ma tête, je panique. Mes doigts tremblent, ma bouche tremble. Je bégaie même dans mes pensées.

 

Elle arrive ! Je la vois ! Cette interlocutrice anonyme. Cette voix, pourtant si charmante. Et je panique. Je sors de Pôle-Emploi en courant, et jamais plus ne reverrai cette conseillère.

 

Recherches :

Micronouvelle N°_M02-20160113

Nous

Dans les scénarios complexes où il était impossible de déterminer un sexe à la naissance, nous étions femelle ou mâle, imposés dans un monde plutôt manichéen.

Nous n’avons plus ce problème.

Suite à la Seconde Chute Démographique, ils et elles décidèrent d’établir un contrôle total de la procréation, interdisant toutes naissances naturelles par une stérilisation obligatoire et universelle. Les éminences en place parvinrent à créer un corps neutre et asexué fidèle à leur vision d’une société idéale et conditionnée. Alors, ils et elles, disparurent dans cet ultime sacrifice, enterrant avec eux et elles les maux incurables, les inégalités, les injustices, mais aussi le désir et les sentiments.

Nous ne sommes maintenant ni femmes, ni hommes, ni même vraiment vivants. Nous sommes ces Neutres, génétiquement privés de toutes jouissances simples, évoluant sans appétit ni fantasmes.

Recherches :

En plus :

Micronouvelle N°_M01-20151021

Némésis

En quête de carburant, nous avions découvert la Noirceur. À bord du cargo-récolteur de la flotte d’Hydrys, ma mission, collecter cette énergie infinie, anomalie de l’univers.
C’était très simple, pour un novice, même pour un enfant. La seule chose à faire : explorer. On se déployait par centaine, comme un essaim aspirant l’espace, véritablement, aspirant cette matière nouvelle et désormais indispensable.

Au début, nous étions fiers et confiants, et pourtant. D’un tour de plusieurs heures à bord de cette gueule béante, je finissais par naviguer des jours, des semaines, des mois, et maintenant à jamais.

Trop loin cette fois ! Vraiment trop loin. Pas complètement perdu, pas vraiment perdu, juste une petite idée de l’endroit où je suis ! Plus aucune étoile, ni même une seule planète. Le néant. J’ai atteint la Noirceur totale, ce noyau, cet espace inappréciable que personne n’avait plus que supposé.

Brillante idée.

Recherches :